top of page

"Carnets noirs" Francs mensonges tome 2 de Muriel L. Mazeolys

Dernière mise à jour : 25 avr.




Hello les P’tits Loups,

 

Précédemment je vous ai parlé de « invisibles et fatales » le premier tome de Francs mensonges de Muriel L. Mazoelys. Aujourd’hui je vais aborder le deuxième tome « Carnets noirs ».

 



Lille, à la suite de l’échec de la tentative d’enlèvement de Matthew, Lars Volkof passe à table et vide son sac : meurtres, enlèvements et bien d’autres méfaits, la cascade de violence qui se déchaîne depuis le nouvel an, le tout commandité par un certain Zeus.

Pourquoi convoite-t-il Matthew et les carnets noirs ?

 



Dans ce nouvel opus des aventures de Matt, la plume de Muriel a continué à me transporter dans le monde scientifique, son monde, d’une manière absolument passionnante, toujours avec ses annotations en bas de page pour que je comprenne les thermes. Muriel va évoquer le fait que les recherches sont essentielles pour l’avancer médical, mais peut-être à double tranchant si ces découvertes tombent entre de mauvaises mains. Mais aussi l’importance des vaccins par la famille de Marina, tous contaminés par la rougeole en quelques jours.

 



J’ai retrouvé ses personnages, et suivi leurs périples, voyager des montagnes suisses, au fin fond de la Russie pour retrouver le grand-père de Marina, le dernier survivant du projet Olympe, Vassili Medvedev.






Dans un rythme soutenu, Muriel m’a transporté dans une enquête, d’hypothèses en hypothèses, de recherches de preuves en recherche de preuves, d’analyses en analyses mettant les nerfs de Louisa, Thibault, Mark, Paul, du colonel bien sûr à rudes épreuves. Elle va aussi évoquer les tentions qu’il y avoir entre les différents services, police, armée.

Pas de répits, tout s’enchaine parfaitement.



Un point que je n’avais pas abordé lors de la précédente chronique, les chapitres sont courts, mais traitre à la fois, car je me disais aller un dernier avant de me coucher, et j’avais lu un quart du roman (rires), avec une précision géographique et chronologique qui m’a parfaitement guidé tout du long de l’histoire.

Par la précision de ses descriptions, j’ai pu tout à fait voir la transformation de Matthew en Nicolaï Oussopov. Toujours avec cette rigueur, Muriel m’a détaillé point par point les préparatifs de missions en sous-marin, incognito, ce que j’ai trouvé absolument génial.

 

En conclusion qu’elle note pour ce roman ?

GRRRRR mon colonel !!! je fais péter  ⭐⭐⭐⭐⭐ /5






3 vues0 commentaire

Comments


bottom of page